Kasakhstan

Passage de frontière record, une heure pour sortir de l'Ouzbékistan et une demi-heure pour entrer au Kazakhstan sans aucun problème particulier. Une fois de plus nous passons devant tout le monde (priorité aux touristes). Evidemment, ça nous arrange, mais en même temps on est un tout petit peu gênés. Dès la frontière franchie, nous nous rendons compte avec étonnement qu'il n'y a pas que les gens qui sont différents mais les paysages aussi...

Le Kasakhstan est le neuvième pays du monde par la taille constitué essentiellement de steppes (pour nous camping) clairsemées de rares petits villages assez pauvres et de quelques villes très, très modernes où la richesse est manifeste. Nous en profitons donc pour enchaîner jours de bivouac puis goûter au confort des hôtels de Chymkent ou d'Almaty. Les quelques jours passés au bord du Lac Balkhach furent un réel bonheur.

Nous profitons de notre étape à Almaty pour régler certains aspects techniques. Tout d'abord grand lavage du véhicule et de la remorque puis service technique de notre Land Cruiser comprenant vidange moteur, nettoyage ou changement des divers filtres, graissages, contrôles, etc (plus de 15'000 km parcourus dans des conditions assez extrêmes). C'est une grande agence Toyota d'Almaty qui s'est chargée des travaux, effectués sans prise de rendez-vous, correctement et rapidement grâce à l'efficacité de Vitaliy Gubarev, Chef de ventes (le seul à parler anglais) qui nous a aimablement assistés dans cette démarche pas évidente. Encore merci Vitaliy. Enfin, en début de matinée, nous sommes allés récupérer nos passeports au Consulat de Mongolie (visas en poche!). Nous consacrerons le reste du temps que nous passerons à Almaty à découvrir plus en détail la ville et à refaire les réserves avant de nous « lancer à l'assaut » des Tian Chan qui comptent quelques sommets supérieurs à 7000 m.

Ce sera ensuite la longue traversée du pays, jusqu'au Nord, pour atteindre la frontière Russe et traverser les Monts Altaï.

Almaty est une ville tentaculaire avec un trafic phénoménal. Les voitures sont très récentes et souvent luxueuses; mis à part à Oman, nous n'avions jamais vu autant de gros 4x4 rutilants (Toyota, Lexus, Hummer). Ceci ne nous a pas empêché de rencontrer un jeune couple Franco-Malgache, Matthieu et Mounira avec qui nous avons passé une chouette soirée. Il se rendent aussi en Mongolie avec un bus Iveco 4x4 et une remorque. On espère bien les revoir sur les pistes.

Dans une petite stations de sports d'hiver (Medeu) qui abrite notamment une patinoire avec anneau de vitesse, nous apercevons sur un parking un camping car immatriculé GE... des Genevois au Kazakhstan? Effectivement, nous faisons la connaissance d'une famille de Genève avec 3 jeunes enfants en route pour un tour du monde. Admirable!

Problème! Je découvre que mon visa pour la Mongolie comporte une monstrueuse erreur: Duration of stay = 0 jours au-lieu de 30 (ils ont oublié le 3)!!! Il faut donc retourner au consulat mais celui-ci est fermé jusqu'au 15 juin. Nous mettons à profit cette attente forcée pour aller visiter le canyon de Charyn (un mini Colorado) situé à 200 km d'Almaty: magnifique.

Après ces quelques jours d'exil ou mieux, de cure, retour à Almaty pour faire rectifier cette erreur de visa, ce qui sera fait immédiatement avec les excuses du Consul. On peut enfin quitter (on espère définitivement) la ville pour retourner dans le Kasakhstan des steppes et cette fois, on sera servis. En route direction le parc national Altyn-Emel, environ 5000 km2 de steppes collineuses et de montagnes parsemés de fermes et de yourtes. Après 40 km de pistes (seuls au monde), arrivés au sommet d'une colline, on aperçoit deux yourtes blanches. L'instant est magique d'autant que nous serons invités à l'intérieur pour un « casse-croûte » typique: sur la table basse, pain, beurre, crème fraiche (succulente), confiture, biscuits et le fameux thé au lait de jument. Avant de les quitter, ils nous offrent un litre de crème (selon MP aussi bonne que celle de Montlebon) et plein de petits fromages séchés (Jack les adore, nous un peu moins).

Là, nous faisons un petit break, nous avons installés notre camp pour quelques jours en pleine steppe. Ce matin, nous avons eu la visite de deux cavaliers qui sont venus nous saluer. Nous avons péniblement échangés quelques mots (merci de cours de russe que Marie-Paule a suivi) et ils sont repartis, disparaissant derrière les collines. Plus tard, un troisième cavalier est venu nous dire bonjour. Nous lui avons offert à boire, et il a disparut à l'horizon. Le silence, meublé par les sifflements d'une grande variété d'oiseaux nous fait le plus grand bien.

Galère!!! Sur la route du Nord, nous avons un premier problème technique, nous arrivons sur une route qui vient d'être « huilée » au goudron liquide, pas d'avertissement et surtout pas d'autre passage possible. Résultat, l'arrière du Land et la remorque sont noirs de ce produit de m. Merci Jean-Da pour le conseil des chimistes de la grande maison de Monthey, mais il nous faudrait une trentaine de tubes de crème anti-solaire pour faire face... Autant laisser faire les spécialistes locaux. Deuxième problème, plus grave, casse d'une fixation de la barre anti-roulis (je crois que ça s'appelle comme cela). Il faut dire que la route du Nord est terriblement cassante et ce sur environ 1000 km. Heureusement que ce n'est pas une panne bloquante car après constatation du problème, nous avons encore dû parcourir 200 bornes, en vitesse réduite et limite mal de mer.

Nous passerons ces prochains jours à remettre tout cela en état avant le franchissement de la frontière Kasakhstan – Russie le 25 dernier délai, notre visa Ka. arrivant à terme.

C'est à Euskemen, ville du Nord-Est Kazakh que nous nous installons afin de remettre en état nos véhicules. Nous descendons dans un hôtel et là, tout à coup tout semble s'arranger. Le gardien du parking à qui nous avons fait part de nos déboires passe un coup de tél à un ami qui vient nous rencontrer immédiatement et nous fait comprendre qu'il travaille dans un garage et qu'ils peuvent aisément se charger de la réparation et du nettoyage, super! Nous prenons rendez-vous pour le lendemain matin et après 5 heures de travail à trois ils nous rendent nos véhicules presque comme neufs. Beau travail les gars! Et tout ça pour ...180 CHF

 

 

 

Altaï Russe

 Notre visa expirant le 25 juin, nous nous rendons rapidement à la frontière russe que nous traverserons en un temps record et dans un ambiance très courtoise. Une fois en Russie, nous prenons la direction de la frontière mongole qui se trouve à environ 1000 km et qui nous oblige à traverser l'Altaï russe qui se révèle être une splendide surprise. En route, comme prévu, nous retrouvons nos amis autrichiens pour passer en Mongolie. Des retrouvailles sympa et bien arrosées.