Turquie

Contrairement à ce que nous avions planifié, traverser la Turquie par le nord en longeant la Mer Noire, nous avons opté pour la route du sud et ceci pour des raisons météo. Bien nous en pris car nous apprenons aujourd'hui que tout le nord-ouest du pays a été inondé par des pluies diluviennes. Certes, la route choisie nous a permis de bénéficier de températures plus clémentes (15 à 18°) mais nous n'avons pas été épargnés par d'énormes orages de printemps... avec la totale, foudre, grêle et seaux d'eau. Le matos s'est relativement bien comporté. Depuis hier c'est le re-comfort, nous sommes installés à moins de 10m de la mer dans une petite baie, le soleil est de la partie depuis 6H30 et nous devons même nous tenir à l'ombre. Nous avons donc décidé de rester ici quelques jours avant de nous remettre en route pour le Nemrut Dag, site pré-romain avec ses statues colossales (8 ème merveille du monde?) puis le lac de Van et la frontière iranienne que nous comptons franchir à Esendere le 12 ou 13 avril. Mais ceci est une autre aventure.

Durant cette première partie turque, nous avons profité de visiter quelques sites antiques que nous n'avions pas vus lors de nos visites précédentes (Bergame, Troye, Aphrodisias) et une autre merveille que nous connaissions déjà mais qui vaut le détour, Pamukkale surnommé la forteresse de coton.

 

Anecdotes:

Il est à relever que notre chien entre gentiment dans son rôle de gardien du camp. Rien ne peut approcher sans que nous en soyons prévenus, qu'il s'agisse d'animaux ou d'humains il fait la loi. Il n'y a que les kangals (énormes chiens de berger type saint-bernards en plus sveltes) qu'il n'a pas encore bien assimilé...

Un petit problème technique: de l'eau dans le diesel. Après purge des deux filtres, tout est rentré dans l'ordre d'autant que le réservoir est quasi vide.

Nous avons fait laver la voiture et la remorque qui étaient dans un état pitoyable. Ils s'y sont mis à quatre et ce fut gratuit! Bon, 2 jours plus tard s'est comme si rien n'avait été fait...

Aujourd'hui Marie-Paule va partir faire des courses en camping car avec un couple de Saint-Gall qui revient d'Inde et du Népal. Très sympa.

Nous avons également vu sur un parking deux motos (plaques ZH). Selon une carte affichée sur un sacoche, ils font plus ou moins le même voyage que nous. Nous n'avons malheureusement pas encore... rencontré les propriétaires.

Prix du litre de diesel en Turquie: CHF 2.38!!! Conséquence, les routes sont désertes.

Mais TVB
Mais TVB

L'est de la Turquie nous a réservé toute une série de surprises pour la plus part extraordinaires mais aussi quelques vraies galères. On commence par le positif: nous avons traversé des paysages à couper le souffle notamment dans la région très montagneuse située autour du lac de Van (col à 2700m) et dans le secteur frontière iranienne avec entre autre le Mont Ararat qui culmine à 5165m (histoire de l'arche de Noé...). Nous avons vu des lumières hallucinantes qui résultent du mélange soleil et énormes nuages de pluie ou de neige et ceci dans des espaces infinis. Grosse émotion!

Nous avons même été témoins d'un étrange phénomène; dans les montagnes enneigées ou nous roulions, une sorte de tempête de sable ou de cendres qui a complétement obscurci le ciel d'un d'un voile brunâtre. Il faisait nuit à 15H30!!! On roulait tous phares allumés.

Mais avant de parcourir cette région, nous avons eu la chance de pouvoir nous rendre et accéder au site du Nemrut Dag (route souvent encore enneigée à cette saison) et de découvrir les fameuses statues géantes comme posées dans la neige.

A relever encore les nombreuses et chaleureuses rencontres qui se sont souvent déroulées un verre de thé (çay) à la main.

Le négatif? Le visa iranien de Marie-Paule contenait une erreur de date (2010 au-lieu de 2011) et nous nous sommes vu refusé l'entrée en Iran. C'est logique et c'est de notre faute, on aurait du le voir avant. Mais où ça se gâte, c'est du côté turque. Nous avions un tampon de sortie dans nos passeports, nous étions dans le secteur sortie (avec portail de 3m de haut fermé, mitraillettes et barbelés) et nous devions revenir en Turquie... j'ai dû passer dans au moins 5 bureaux différents et ceci à 4 ou 5 reprises (personne ne parlait anglais) pour réaliser que l'on nous cherchait des noises à cause de notre remorque qui n'était semble-t-il pas enregistrée dans leur ordinateur. Finalement nous avons dû nous rendre dans les secteur camions pour faire passer nos véhicules aux rayons-X, puis nous avons eu droit à une fouille complète de tout le matériel. Et retour dans les différents bureaux... le tout a duré 9H30!!! puis, de nuit, nous avons enfin pu rentrer en Turquie où nous nous sommes empressés de bivouaquer. Manque de chance, le lendemain matin à 5H15 on nous déloge... nous étions sur un parking de police. Puis nous nous sommes rendus au Consulat d'Iran à Erzurum (800km aller-retour) pour faire rectifier cette fameuse date et demain 18 avril nous rentrons en Iran (inch allah).

Le froid. Heureusement nous sommes bien équipés car, cette dernière semaine, il faisait souvent 0° voire moins au réveil. Autant dire que l'on prenait notre petit-déj debout. Heureusement il semble que depuis hier 16 avril le temps à changé. Il fait un peux plus doux.

Anecdote: Peut-être une première en Turquie, nous avons pu prendre notre chien avec nous pour 2 nuits d'hôtel à Urfa après que Marie-Paule ait âprement négocié la chose. Argument décisif: le Passeport à Jack...